Menu

235 Rue de l'Étang
69760 Limonest

Copyright © 2022 DIGILIANCE Digitalisation du patrimoine immobilier

Mentions légales

Le BIM au service de l’énergie

Publié le 3 mai 2022

Nous sommes allés à la rencontre de Régis Lecussan, notre partenaire et co-fondateur d’Enerbim.
S’il parle de la digitalisation des bâtiments comme « un formidable outil au service de la vie du patrimoine immobilier, neuf et ancien », il sait surtout exprimer les atouts directs pour tous les utilisateurs

Régis LECUSSAN,
directeur co-fondateur Enerbim

Régis, la digitalisation, c’est quoi pour vous ?

Ah ! C’est une excellente question ! Digitaliser, c’est tout d’abord exploiter les nouvelles technologies de l’informations pour mieux communiquer, mieux construire et mieux rénover nos bâtiments. Cela induit d’utiliser de nouveaux outils numériques et d’adapter les organisations et process. Pour le monde du diagnostic immobilier, c’est la possibilité de retrouver à un même endroit, toutes les informations, mesures, plans et autres documents concernant un bâtiment. Aussi je préciserais que c’est surtout un formidable outil au service de la « vie » de notre patrimoine immobilier, neuf et ancien !

D’où vient votre intérêt marqué pour la digitalisation des bâtiments ?

D’abord parce que j’ai une obsession, celle du plaisir « d’habiter ou de vivre » en ville dans un environnement où les bâtiments sont bien entretenus, ce qui n’est globalement pas le cas dans nos agglomérations. C’est vrai, je me surprends souvent à rêver devant une maison de maître, un immeuble de renom, une église d’époque, un phare ancien, … Mais quelle tristesse quand ledit bâtiment est, décrépis ou laissé à l’abandon ! Cela me désole, et finalement, on en arrive à les détruire plutôt que les rénover car cela revient moins cher !

Entretenir et rénover coûtent chers, souvent trop cher pour beaucoup.

La digitalisation doit amener plus d’efficacité, moins de gaspillages par les entreprises du bâtiment grâce à un meilleur accès aux informations, données techniques permettant de limiter les actions de relevés sur site redondantes, erreurs fautes de communication suffisantes entre les acteurs. Ces gaspillages se retrouvent sur les factures payées par les propriétaires et les locataires !!

Une connaissance fine et précise des surfaces (base des chiffrages) grâce à la scannérisation 3D, première étape de la digitalisation, permet d’éviter les approximations et donc de faire grimper inutilement les dépenses.

Quel autre avantage voyez-vous à la digitalisation ?

A travers mes activités et mon engagement dans le domaine de l’optimisation énergétique, je voulais sensibiliser mes clients à l’entretien tout entier de leur patrimoine. Rares sont les bâtiments qui possèdent leur « carnet d’entretien » et pour lesquels des projections des travaux de maintenance existent. Prévoir c’est déjà agir mais pour prévoir il faut avoir accès aux bonnes informations !
En préalable fondamental à des rénovations efficaces, et pour pouvoir émettre différentes hypothèses et construire des budgets, il faut disposer de toutes les informations sur ses bâtis. La numérisation et digitalisation des données répondent à ce besoin. Les technologies 3D permettent d’enregistrer les informations techniques et de les partager aisément avec les différents acteurs, propriétaires, architectes, ingénieurs, artisans et entreprises. On se comprend mieux, on évite les erreurs encore trop nombreuses sur les chantiers et on peut mieux organiser les travaux en évitant les commandes inutiles ou incomplètes.

Maquette d’immeubles

Aujourd’hui pourtant les acteurs de l’immobilier émettent quelques résistances, pourquoi ?

Indiscutablement par manque de connaissance et de formation. Dès que l’on en présente les atouts – gain de temps et financier, efficacité, traçabilité, partage… – et que l’on fait une démonstration des outils, les freins sautent instantanément.
Il faut donc éduquer les acteurs du bâtiment sur l’intérêt de la digitalisation puis former des équipes à l’utilisation des dispositifs et aux nouvelles méthodes de travail. Cette formation est indispensable et accessible. Elle est dispensée par plusieurs acteurs notamment dans le cadre de reconversion professionnelle ou en complément d’un savoir lié au diagnostic ou à l’immobilier en général…

Vous avez créé un partenariat avec AC Environnement, pour quelles raisons ?

Les équipes d’AC Environnement sont des experts du relevé des données. Ils se rendent sur place, mesurent, collectent, analysent et ainsi sont les mieux placés pour intégrer les données sur une maquette numérique.
Grâce à eux, tous les intervenants en rénovation – exploitation – maintenance disposent de données fiables. C’est un réel gain de temps et d’efficacité.
Chez Enerbim, d’une part nous sommes fournisseur de solutions intégrées facilitant les échanges entre les technologies et les acteurs du BIM et d’autre part, nous utilisons les données dans le cadre de notre expertise de projection et d’optimisation des dépenses énergétiques. C’est donc toute cette complémentarité qui a rendu le partenariat évident ! Ils ont les bons outils pour acquérir les informations facilement et efficacement ! De notre côté, nous les exploitons pour réaliser les études de rénovation.

rénovation immeuble
Rénovation énergétique d’immeuble

Pensez-vous que la digitalisation s’adresse tout type de professionnel ?

Oui, tous les acteurs des travaux de rénovation, à partir du moment où l’on parle bâtiment ! Que l’on soit sur du neuf ou de la rénovation, que l’on possède ou gère un ou plusieurs biens on a tous les mêmes besoins : la fiabilité, la précision et le partage des données. Et c’est justement cela que permet la digitalisation ! Bien souvent, on pense que c’est trop complexe et pourtant avec l’accompagnement d’expert, une démonstration de qualité, une bonne formation, on gagne du temps, de l’argent et on devient plus performant ! Le digital s’est immiscé dans nos vies personnelles, il n’y a pas de freins technologiques à ce que les professionnels du bâtiment se « digitalisent » également.

Auriez-vous un exemple de digitalisation réalisée sur un lieu remarquable ?

Je pourrais vous en citer plusieurs…. Mais en voici un qui était effectivement passionnant. Les acquéreurs de l’Abbaye de Souillac, souhaitant changer la destination de ce lieu en hôtel, avaient besoin d’une lecture parfaite et exacte des espaces. Cela pour leur permettre d’émettre toutes sortes d’hypothèses de réaménagement. Pour ce faire, nous avons dû procéder à la numérisation de l’ensemble du bâtiment puis à la digitalisation de toutes les données recueillies. Les différents corps de métier ont alors pu chiffrer leurs futures interventions au plus juste. Pour les acquéreurs, ils ont pu affiner leur projet et en mesurer la viabilité.

Merci Régis !

Visitez le site Enerbim

Plus d'actualitésdu BIM et de la digitalisation de donnée.

en haut
Notre site utilise des cookies

Nous utilisons des cookies ou des technologies similaires, pour accéder et analyser certaines de vos données personnelles. C’est ce qui nous permet d’optimiser et de personnaliser votre expérience sur le site, de réaliser des mesures d’audience, des études statistiques et de mesurer la performance de nos campagnes publicitaires. En cliquant sur « Accepter », vous consentez à l’utilisation de ces technologies. Pour en savoir plus ou modifier votre choix à tout moment, vous pouvez consulter notre politique relative aux cookies.